top of page
  • mylenelapointe3

CELI 2024 - Un indispensable atout !

Ce régime a vu le jour en 2009 ! Après plus de 11 ans, il reste tout de même mal compris par plusieurs. Pourtant ce régime est un indispensable atout dans votre plan de retraite, mais aussi pour tous autres projets de vie.


Dans le but d’aider autant les conseillers que les investisseurs à comprendre un peu mieux ce régime, j’ai décidé de construire ce résumé qui se verra être mis à jour pour tenir compte des nouveaux droits de cotisations annuelle


Cible



Résumé 2022


Droit de cotisation 2024 - 7 000 $

Droit de cotisation cumulatif - 95 000 $









Pourquoi utiliser le CELI ?

Tout simplement parce que les revenus ne sont pas imposables, d’où son appellation « compte d’épargne libre d’impôt ». Le REER, quant à lui, voit ses gains et son capital rajoutés au revenu total de l’année au retrait.

Qui aime payer des impôts supplémentaires au gouvernement ? Certainement pas vous ! Donc ce régime est probablement pour vous.

Revenons à nos moutons. Le CELI ! Les actifs (vos économies) déposés dans ce régime peuvent faire l’objet de différents objectifs, qu’ils soient à court ou à long terme. Vous pouvez donc choisir une multitude de produits pour investir votre CELI. Du compte 100 % sécuritaire, pour votre coussin de sécurité, allant à des actifs très risqués.

Ce qui est formidable, c’est que peu importe les revenus générés par les placements (Intérêt, dividendes ou gains en capital) ils demeurent à l’abri de l’impôt même au retrait. Une utilisation judicieuse de ce régime est à prévoir pour maximiser son potentiel.

Parlons du plafond cumulatif

Ce plafond, 81 500 $ pour 2022, est très important. Il ne faut pas le dépasser sous peine d’avoir de très grosses pénalités imposées par le gouvernement du Canada. La pénalité représente 1 % de tout excédent calculé chaque mois.

Ce montant total de cotisation augmente tous les ans. Voici le résumé des cotisations annuelles allouées depuis la mise sur pied du régime :

  • 2009 à 2012 - 5 000 $

  • 2013 et 2014 - 5 500 $

  • 2015 - 10 000 $

  • 2016, 2017 et 2018 - 5 500 $

  • 2019, 2020, 2021, 2022 - 6 000 $

  • 2023 - 6 500 $

  • 2024 - 7 000 $

LE GRANT TOTAL 2022 - 95 000 $

Règle de récupération des droits CELI

Lorsqu’un retrait dans le CELI est effectué, cela crée de nouveaux droits CELI l’année suivante.

Exemple : Un homme de 50 ans, n’ayant jamais cotisé au CELI dans le passé, cotise un montant de 69 500 $ le 1er janvier 2020 qui équivaut au maximum cumulatif pour 2020. Il n’a donc plus de droits de cotisation pour l’année 2020. Le 1 juin 2020, il retire un montant de 10 000 $ ! Il devra donc attendre le 1er janvier suivant pour avoir à nouveau le droit de cotiser ces 10 000 $. Mais en plus, il pourra cotiser le nouveau montant alloué pour la nouvelle année.

En tant que conseillère indépendante, je dois m’assurer qu’aucune erreur de cotisations ne survient dans les dossiers de mes clients. Je vous encourage à toujours bien évaluer vos entrées et sorties dans ce régime, pour éviter les frais exorbitants.

Qui a droit de cotiser au CELI ?

  • Résidents canadiens

  • Résidents permanents ou immigrants reçus

  • Travailleurs étrangers

  • Étudiants étrangers

Critères d’admissibilité :

  • Avoir l’âge de la majorité dans notre province de résidence

  • Avoir un numéro d’assurance sociale

Par exemple, une personne de 19 ans en 2020, il a donc le droit de cotiser le montant égal au droit alloué depuis son 18e anniversaire. Donc 6 000 $ pour 2019 et 6 000 $ pour 2020.

ATTENTION il est toujours très important de bien calculer ses propres droits de cotisation CELI. Car chaque individu est différent.

Par exemple, une personne nouvellement arrivée au Canada depuis 3 ans, maintenant résident permanent, a acquis des droits CELI. Mais dans son cas, ce n'est pas l'âge qui est pris en compte, mais bien le moment de son arrivée ou du commencement de son travail.

Pour connaitre vos droits de cotisation CELI !

Rendez-vous sur le site web de l’Agence du revenu du canada, en créant un dossier « Mon dossier »).

Vous pouvez aussi appeler en personne au 1 800 267-6999. Ayez en main votre dernier rapport d’impôt fédéral.

Où me procurer un CELI ?

Vous pouvez vous procurer un CELI dans n’importe quelle institution financière, mais aussi auprès de votre représentant en épargne collective. Les différents produits admissibles sont habituellement les mêmes que pour un REER ou un REEE :

  • Fonds communs de placement

  • Valeurs mobilières

  • Placement à taux d’intérêt quotidien

  • Certificat de placement garanti (CPG)

  • Obligation d’épargne

  • Contrat de rente ou d’assurance

Le choix d’un produit dans lequel investir vos économies devrait toujours être basé sur votre tolérance aux risques, vos objectifs et votre horizon de temps.

Quand utiliser le CELI ?

Le CELI est un véhicule à utiliser dans plusieurs situations différentes.

Premièrement, chaque individu devrait avoir un coussin financier qui représente de 3 à 6 mois de dépenses mensuelles. Ces économies peuvent facilement être investies dans un CELI pour éviter de payer des impôts annuels sur le rendement généré.

En second lieu, le CELI peut être utilisé pour économiser un montant qui sera utilisé à moyen terme. Lors de mes rencontres avec mes clients, les projets qui ressortent le plus souvent sont : l’achat d’une maison (peut-être en vue d’un RAP), prévoir un voyage spécial, rénovation, etc.

En dernier lieu, qui selon moi est la situation où le CELI offre son meilleur potentiel, est celui d’économiser pour la retraite. En plus de ne payer aucun impôt sur les retraits effectués on peut éviter de perdre certaines mesures fiscales comme la pension de la sécurité de vieillesse qui peuvent être diminuées à partir d’un certain seuil.

Optimisation

Il est souvent optimal d’intégrer les placements qui auront le plus grand potentiel de rendement en premier lieu dans le CELI (placement croissance).

Pour les retraités dont l’objectif est d’avoir un portefeuille plus sécuritaire, il serait opportun de privilégier les placements avec gains en capitaux et dividendes dans les placements non enregistrés et ceux donnant des intérêts dans le CELI.

L’envers de la médaille !

Mais qu’arrive-t-il lorsque l’on retire un CELI qui a perdu de la valeur en dessous de nos droits CELI? Et bien, nous perdons ce droit de cotisation ! Donc, faites bien attention aux placements risqués ou spéculatifs.

Qu’arrive-t-il en cas de décès ?

Cela dépendra de la situation.

Souvenons-nous que le CELI est non imposable. Donc les héritiers retireront le montant et pourront le partager. À noter que les rendements après le décès seront imposables jusqu'au moment où la succession sera réglée.

Lorsque c’est le conjoint qui est l’héritier et que cela a été prévu au testament, il peut y avoir roulement du CELI au conjoint. Ce qui veut dire que le conjoint garde la totalité du CELI en son nom. Cela n’affectera aucunement ses droits de cotisation.

Par exemple, si madame possède 69 500 $ en 2020 et que son mari défunt possédait le même montant, madame pourrait les rouler en son nom et avoir maintenant 139 000 $ en CELI.

REER ou CELI ?

Pour terminer, voici la question la plus fréquente lors de mes analyses et rencontres. Il y a autant de réponses que de situations familiales et personnelles. C’est pourquoi chaque personne doit procéder à une analyse approfondie de sa situation financière. Ce n’est qu’après ceci que je peux établir si le REER ou le CELI est l’option la plus adaptée.

Et si on rajoutait le Régime épargne-études (REEE) dans l’équation ? Que de plaisir.

Au plaisir de vous revoir dans un prochain billet. Pour ne rien manquer, je vous invite à vous abonner à mon blogue !


Comments


bottom of page